Sur le Web, ces 365 derniers jours

vendredi 21 janvier 2022

  • Hypnum cupressiforme
    Hypnum cupressiforme – Haute-Isle (95) © Gilles Carcassès

    Hypnum cupressiforme est une mousse très commune et cosmopolite, facile à trouver sur les troncs. On peut la rencontrer aussi sur des murs et des rochers. Ses rameaux denses, étroits et divergents rappellent ceux des cyprès, d’où son nom d’espèce.

    Hypnum cupressiforme – Haute-Isle (95) © Gilles Carcassès

    De près, on voit que ses feuilles sont fines et recourbées. Les capsules des sporophytes, perchés sur une tige grêle, évoquent une saucisse de couleur sombre. La coiffe possède un anneau brun à la base du bec.

    Elle est utilisée pour cartographier la pollution atmosphérique

    Bioaccumulatrice, la mousse Hypnum cupressiforme est utilisée pour quantifier les retombées de métaux lourds.

    Retrouvez une autre mousse de la même famille :

    Ctenidium molluscum

    Sources :

    LO GIUDICE R. & BONANNO G. 2009. — Bioaccumulation of heavy metals in mosses from Etna Volcano and Iblei Mountains (Eastern Sicily, Italy). Cryptogamie, Bryologie 30 (1): 143-155.

    Marie-Amélie Rzepka et Damien Cuny – BIOSURVEILLANCE VÉGÉTALE ET FONGIQUE
    DES ETM ATMOSPHÉRIQUES


  • Eloge au roi des plantes grimpantes

    Vous connaissez tous cette fabuleuse plante de la famille des ARALIACEAE que l’on surnomme à tort « bourreau des arbres ». Elle s’adapte à tous les milieux, qu’elle soit à l’ombre comme en plein soleil, grimpe sur toutes les surfaces possibles, peut vivre plus de 400 ans et est littéralement indispensable à la biodiversité.

    Hedera helix – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

    Et oui, il s’agit bien sûr du lierre grimpant.

    Hedera helix, de son nom scientifique, est un véritable refuge pour la biodiversité et également un sacré garde-manger. En effet son épais feuillage abrite une riche population d’insectes et d’autres types de petites bêtes, comme des araignées par exemple.

    Gonocerus acuteangulatus – Vauréal © CACP – Léo Micouin

    L’abondante floraison du lierre est capitale pour de nombreux insectes pollinisateurs. En raison de sa tardiveté, c’est une des dernières floraisons avant l’hiver. Elle rassemble donc un ensemble d’espèces très variées venues chercher les dernières gouttes de nectar disponibles. Chaque année c’est un véritable buffet à volonté pour tout le monde !

    Xylocopa – Vauréal © CACP – Emilie Périé

    Même une fois la floraison aboutie, la festin ne prend pas fin. En effet, les fruits régalent également nos chers amis à plumes frugivores tels que le merle noir par exemple.

    Turdus merula – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

    Quant à son interaction avec les arbres sur lesquels il pousse, elle a fait l’objet de bien des mythes pour la plupart infondés. Pour bien comprendre il est nécessaire de rappeler que le lierre, à la différence du gui par exemple, n’est pas une plante parasite. Il possède ses propres racines qui captent les nutriments dans le sol et non pas dans l’arbre lui même. Les crampons qu’il développe lui serve à tenir contre l’arbre mais ne pénètrent pas l’écorce.

    Le lierre et son support n’entretiennent pas de relations toxiques, c’est même plutôt le contraire, le lierre peut avoir un effet bouclier protecteur. Un cas est à noter, c’est lorsque l’arbre support est déjà abîmé (malade, sec, accidenté). Auquel cas le poids supplémentaire du lierre peut entrainer une chute prématurée de l’arbre (phénomène parfaitement naturel en forêt qui peut effectivement causer des désagréments dans nos milieux anthropisés).

    Branches d’Hedera helix – CACP © – Gilles Carcassès

    Autre aspect important : le lierre grimpant, Hedera helix, ne fleurit et fructifie que lorsque qu’il grimpe sur un support. S’il est maintenu rampant ou trop bas par des coupes fréquentes il ne pourra pas fleurir et ne sera donc d’aucun secours pour les pollinisateurs affamés.

    Aussi nous vous invitons à porter sur le lierre un regard bienveillant et à ne pas tenter de l’arracher des troncs des arbres en forêt comme nous avons déjà pu malheureusement l’observer (dans le parc de Grouchy par exemple). Et même, pourquoi ne pas inviter cette jolie plante à embellir nos jardins ?

    Hedera helix – CACP © – Gilles Carcassès

    Source :

    Flore d’Ile de France de Philippe Jauzein et Olivier Nawrot

    Retrouvez ici d’autres plantes grimpantes :

    La pomerasse

    Vignes vierges

    Le houblon

    Le petit monde des bryones


jeudi 20 janvier 2022

mercredi 19 janvier 2022

  • Charenton-le-Pont va déployer un plan vélo d’envergure

    A l’issue d’une phase de réflexion puis de consultation durant l’été, la ville de Charenton-le-Pont a adopté, le 13 décembre dernier, son plan vélo, à l’unanimité. Il est complet et ambitieux.

    La ville de Charenton-le-Pont, aux portes de Paris, à la confluence de la Marne et de la Seine, et bordée par le bois de Vincennes, est une des plus petites communes du Val-de-Marne et l’une des plus densément peuplées. Elle connaît d’importantes coupures urbaines, outre les fleuves, avec l’autoroute A4 qui la borde et plusieurs faisceaux de rails. Comme beaucoup de communes d’Ile-de-France, la circulation motorisée y occupe une place centrale. Ses élus ont perçu les limites de ce modèle. C’était ainsi l’une des premières communes (avec Vincennes) à prévoir le stationnement payant pour les deux-roues motorisés. Aujourd’hui, Charenton a prévu de déployer un plan vélo ambitieux et méthodique, après des démarches de diagnostics, de réflexions et de concertation approfondies.

    La réflexion et la concertation tout d’abord. Charenton a pris attache auprès des associations alentours: Paris en Selle-Paris Est Marne&Bois, Charenton Piéton Vélo et Partage Ta Rue 94. La consultation ensuite. Elle s’est déployée durant l’été. Nous avions l’avions relayé dans ce billet : la mairie a organisé des réunions et des ateliers, et développé des moyens de consultation en ligne très bien faits. Ces outils et les contributions réunies sont toujours visibles en ligne sur ce site: lafabriquecitoyenne.charenton.fr.

    Le conseil municipal s’est enfin réuni le 15 décembre 2021 pour adopter le plan vélo, à l’unanimité. Son maire Hervé Gicquel entend « adapter la ville aux besoins de demain« : « Il convient de donner une juste place aux vélos dans notre commune qui est volontaire pour accompagner l’accroissement de son usage. […] Le vélo est aujourd’hui un moyen de locomotion résilient qui doit servir à apaiser notre ville. Pour le promouvoir, la Municipalité accompagnera ses utilisateurs, partagera de façon équilibrée l’espace public, développera l’offre de services et veillera au respect des règles de circulation« .

    Un plan vélo à 360°

    La mairie a en effet retenu une approche globale et complète, employant tous les moyens et type d’aménagements et de signalétique: pistes et bandes cyclables, « zones 30 », zones de rencontres, doubles-sens cyclables, etc. Toute la panoplie y est, on va le voir. Au total, le plan prévoit 4,6 km de nouvelles pistes cyclables sécurisées en plus de 7 km de double-sens cyclables supplémentaires.

    Des aménagements nombreux et variés propices aux mobilités actives

    Les principaux aménagements

    Le maillage cyclable se veut complet et adapté, en ajoutant ou améliorant des aménagements à double vocation: la connexion aux grands axes d’une part, et le réseau de desserte d’autre part.

    En ce qui concerne le réseau structurant, Charenton entend notamment améliorer les connexions:

    • avec les futures lignes « E » du « RER vélo », qui devrait longer Charenton et la Seine (chemin du halage et chemin de l’ancienne écluse), de Paris à l’ouest vers le Pont de Charenton et Saint-Maurice vers l’est, et aussi Maisons-Alfort ;
    • avec l’EuroVélo 3 (alias la « Scandibérique »), cette voie cyclable transeuropéenne plus orientée tourisme, qui passe également sur le chemin du halage entre la Seine et et l’A4 mais bifurque à Charenton vers le sud, par la passerelle aux câbles pour rejoindre Ivry-sur-Seine;
    • avec le bois de Vincennes et la rive gauche de la Seine côté Ivry, grâce à l’avenue de la Liberté qui reliera les deux. Partie de la D154 (là c’est le département à la manœuvre), elle permettra de traverser la commune du nord au sud. Au niveau du pont Nelson Mandela « amont », le département a en outre entrepris des travaux de dévoiement de réseaux, en préparation d’une rampe piéton-Vélo qui connectera la rive à l’avenue de la Liberté;
    • en outre, à plus long terme, le plan vélo doit être articulé avec le schéma départemental des itinéraires cyclables (SDIC) et avec le plan vélo métropolitain en cours d’étude;
    • Enfin et bien sûr, il est prévu d’améliorer les jonctions vers Paris.

    Tous les axes structurants ne seront pas équipés de pistes cyclables. Des bandes cyclables seront implantées sur chaussée ou sur trottoir dans certains passages contraints, en particulier aux traversées du faisceau de voies ferrées.

    Les axes structurants, les principales connexions de Charenton

    La rue de Paris revue

    Quelques mots sur la rue de Paris alors: elle s’inscrit dans la départementale D6, elle est rectiligne et traverse l’essentiel de la commune d’est en ouest (où elle devient dans Paris la rue de Charenton). Les cyclistes la redoutent voire l’évitent en raison de sa bande cyclable perpétuellement occupée par des voitures ou camions en stationnement. D’ailleurs la mairie promet d’intensifier la verbalisation des véhicules motorisés stationnant sur les bandes cyclables…

    Mais un bon aménagement vaut tous les contrôles, et le plan vélo évoque – car il s’agit de la responsabilité du département, qui sera maître d’ouvrage – une large réfection de la rue de Paris avec des pistes cyclables séparées, en unidirectionnel ou en bidirectionnel, avec inversion des bandes de stationnement et de circulation cyclable. Les travaux doivent commencer cette année.

    Le croisement des rue de Paris et Anatole France est identifié parmi 20 points sensibles devant être remaniés. Ici le stationnement automobile sera déplacé, les pistes cyclables bien séparées de la circulation.

    En ce qui concerne le réseau de desserte, il se veut capillaire sur toute la commune, avec de nouvelles bandes et pistes cyclables et la généralisation des doubles sens cyclables pour les voies à sens unique. La carte ci-après expose la mesure de cette extension (axes en jaune).

    En jaune les itinéraires ajoutés en double-sens cyclable.

    En signalétique et en complément, il est prévu de déployer des panneaux de signalisation « cédez-le-passage cycliste au feu rouge” et des feux cyclistes, ainsi que des sas vélo.

    Le plan prévoit la sécurisation progressive de l’ensemble des lieux accidentogènes, notamment les carrefours. Une vingtaine de points sensibles sont identifiés au travers de la ville, par exemple aux abords du gymnase Tony Parker. Nous parlions de quelques conflits d’usages possibles à cet endroit, au sortir de la passerelle d’Alfortville. Les abords du gymnase doivent être revus.

    On salue un abaissement général de la vitesse de circulation motorisée par extension des « zones 30 » (même le quai des carrières et le quai de Bercy, dont les limitations sont aujourd’hui à 50 km/h, devraient passer à 30 km/h), et la limitation passerait même à 20 km/h dans les rues les plus résidentielles. De nouvelles zones de rencontre sont prévues, rue du Séminaire de Conflans et avenue Jean Jaurès. Moins de bruit, de pollution, de risques d’accident, l’ensemble des habitants devrait bénéficier de ces mesures.

    Tout un écosystème

    Côté stationnement, il est prévu d’installer près de 200 nouveaux arceaux, soit 400 places, pour atteindre un total de 700. A cette fin, des stationnements automobiles seront remplacés par du stationnement vélo dans les 5 mètres en amont des passages piétons, comme le prévoit la loi « LOM » (mais avant la date butoir de 2026). Des matériels de réparation et de gonflages seront déployés également.

    Enfin, diverses idées et mesures doivent compléter « l’écosystème »:

    • Du comptage automatisé: la ville dispose de deux éco-compteurs à vélo situés rue de Paris; deux autres devraient être acquis, le département devant enfin en implanter un également (au pied de la future rampe vélo-piéton du pont Nelson Mandela « amont »);
    • L’expérimentation de « rues scolaires »: fermeture de la circulation aux véhicules motorisés aux heures d’entrées et de sorties des classes, au moyen d’un agent chargé du trafic (la mesure la plus demandée lors des consultations);
    • Des cours de « Savoir rouler à vélo » pour les plus jeunes, de l’information, de la cartographie, de la sensibilisation à la sécurité, tout un panel de mesures comportementales et informationnelles rejoignent la panoplie.

    Côté budget, le plan vélo a été doté lors du même conseil municipal d’un financement de 2,5 millions d’euros, sur trois ans. Soit un peu plus du tiers du budget annuel d’investissement de la ville.

    Reste donc la mise en œuvre. La plan a prévu la mise en place d’un comité de suivi, devant se réunir au moins une fois par an diverses parties prenantes et associations sensibles à l’aménagement de la ville. pour vérifier sa mise en œuvre. Partage Ta Rue 94 entend le suivre de près.

    Mais il y a déjà lieu de saluer un plan et des orientations solides et prometteuses, et d’encourager les élus à tenir et poursuivre dans cette direction. Le plan vélo de Charenton pourrait, s’il est bien réalisé, devenir un modèle en Val-de-Marne.

    La documentation complète concernant le plan vélo de Charenton est accessible ici sur le site de la mairie.


  • La limite planétaire de sécurité pour les polluants chimiques est dépassée
    Une étude scientifique constate le dépassement d'une cinquième limite planétaire, celle liée aux produits chimiques. Les auteurs jugent extrêmement urgent de réduire les rejets nocifs pour contrer cette menace de déstabilisation du système terrestre.

  • Nucléaire : l'ASN appelle à reconsidérer la décision de fermeture de douze réacteurs d'ici à 2035
    L'Autorité de sûreté nucléaire estime que les pouvoirs publics devraient réévaluer la décision de fermer douze réacteurs en 2035. La fragilité actuelle du système électrique français montre l'importance de disposer de marges de sécurité.

  • [VIDEO] « L'énergie solaire va être un des premiers contributeurs d'énergie décarbonée »
    En 2021, le gouvernement a déclaré faire du solaire sa priorité en matière d'énergies renouvelables. Xavier Daval, président de la commission solaire du Syndicat des énergies renouvelables, revient sur les avancées réglementaires et technologiques.

  • L'UE consulte le public pour lever les obstacles aux énergies renouvelables
    La Commission européenne lance, jusqu'au 12 avril 2022, deux consultations publiques pour lever les obstacles au développement de projets d'énergies renouvelables dans l'Union européenne. La première consultation s'inscrit dans le cadre du projet...

  • Agrivoltaïsme : l'Inrae et Engie Green parient sur les panneaux bifaciaux
    L'Institut national de recherche agronomique (Inrae) et l'énergéticien Engie lancent un projet combinant deux innovations en matière d'énergie solaire : les panneaux photovoltaïques bifaciaux et l'agrivoltaïsme. Ce démonstrateur partenarial, intit...

  • Constructions neuves : la décarbonation au coeur de la RE 2020
    La nouvelle réglementation environnementale (RE 2020) est entrée en vigueur, ce 1er janvier, pour les logements neufs. Elle cible la décarbonation du secteur en favorisant les matériaux biosourcés et le remplacement des énergies fossiles. Détails.

  • Numérique responsable : comment adopter les bons réflexes ?
    Les usages numériques augmentent et avec eux, leurs conséquences néfastes sur l’environnement. Pour alerter sur ces impacts, l’Ademe, le ministère de la Transition écologique et le secrétariat d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques lancent une campagne de sensibilisation sur le numérique responsable.

  • Numérique responsable : comment adopter les bons réflexes ?
    Les usages numériques augmentent et avec eux, leurs conséquences néfastes sur l’environnement. Pour alerter sur ces impacts, l’Ademe, le ministère de la Transition écologique et le secrétariat d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques lancent une campagne de sensibilisation sur le numérique responsable.

  • Le chiffre du jour : 76 %
    Câ€â„¢est la part de Français susceptibles de soutenir des règles européennes plus strictes en matière de pollution atmosphérique pour les constructeurs automobiles, selon le sondage YouGov. Publié ce 18 janvier, cette enquête, commandée par la Fédéra...

  • EPR de Taishan : l'ASN confirme la découverte de vibrations imprévues dans le cœur du réacteur
    À l'occasion des vœux à la presse, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) est revenue sur les problèmes rencontrés sur l'EPR numéro 1 de Taishan. Il semble que les dommages constatés sur les combustibles sont causés par des turbulences dan...

  • Inondations par ruissellement : comment y faire face ?
    « Les eaux de ruissellement restent "le parent pauvre" de la prévention des inondations, pointe Marie-France Beaufils, présidente du Centre européen de prévention des risques d'inondation (Cepri), dans un guide consacré au sujet. Le risq...

  • Gestion de l'eau et numérique : la Banque des territoires investit dans Aquasys
    La Banque des territoires, filiale de la Caisse des dépôts, mobilise 750 000 euros en capital pour soutenir la société Aquasys. Cette prise de participation vise à « accélérer la croissance de cette start-up innovante afin d'accompagner la transit...

  • WaterLANDS : lancement d’un nouveau projet européen Green Deal pour la restauration à grande échelle des zones humides européennes

    Le projet international WaterLANDS d’une durée de 5 ans, financé par le programme européen Horizon 2020 Green Deal, s’attaquera à la restauration à grande échelle des zones humides en Europe.


  • Autonomie énergétique en milieu urbain : un parcours semé d'embûches
    Peu nombreuses en France, les communautés énergétiques relèvent d'initiatives municipales qui se heurtent à la complexité technique des infrastructures et à un contexte réglementaire peu évolutif.

  • Sade Julien

    Doctorant au Leesu

    École Doctorale Sciences, Ingénierie et Environnement - Université Paris-Est Créteil (UPEC)

    1. Contact

    Contact : julien.sade(AT)u-pec.fr

    Maison Sciences de l'Environnement, Bureau 312, 3ème étage

    61 Av. du Général de Gaulle, 94000 Créteil

    Profil Linkedin

    2. Thèmes de recherche

    1. Analyse de données de spectrométrie de masse : Utilisation de méthodes statistiques avancées afin d'améliorer l'identification de composés au sein d'un échantillon.
    2. Analyses toxicité et écotoxicité : Les analyses toxicologiques et éco-toxicologiques permettent de d'évaluer le risque lors d'une exposition à un composé ou à une mixture de composé.
    3. Polluants organiques dans les eaux : Identification des produits de transformation en spectrométrie de masse à haute résolution.

    3. Recherches en cours

    Thèse en préparation : « Caractérisation de la contamination des eaux de surface par le couplage d'analyses non-ciblées en spectrométrie de masse avec des analyses d'écotoxicologie »

    De nombreux micropolluants émergents sont présents dans les eaux de surface soumises à des pressions anthropiques (rejets urbains, ruissellement sur les chaussées…) mais leur comportement et leurs transformations sont peu connus. La spectrométrie de masse à haute résolution (HRMS) est une technique analytique permettant l'identification de composés. Cependant, au sein d'un échantillon, il est difficile d'associer un signal généré par HRMS à un composé. Le but de la recherche est de faciliter l'association d'un signal à un composé à partir des données brutes issues de HRMS et de coupler ce signal à une toxicité.

    4. Enseignement actuel

    Aucun

    5. Responsabilités collectives

    Aucun

    6. Parcours professionnel

    Période Poste/activité
    Décembre 2021 - Décembre 2024 Doctorant au Leesu : « Caractérisation de la contamination des eaux de surface par le couplage d'analyses non-ciblées en spectrométrie de masse avec des analyses d'écotoxicologie » - Directeur de thèse : Régis MOILLERON
    Janvier 2021 - Juillet 2021 Stage M2 : « Développement d'un modèle de prédiction la volatilité des composés organométalliques » (Institut photovoltaïque d'Ile de France)
    2020 - 2021 Master 2 : Master Bio-informatique (Université PARIS DIDEROT)
    Février 2020 - Juillet 2020 Stage M1 : « Criblage virtuelle de la zone d'interaction de la protéine NS1 du virus de la grippe » (URMS)
    2019 - 2020 Master 1 : Master Bio-informatique (Université PARIS DIDEROT)
    2016 - 2019 Licence Sciences pour la Santé (Université PARIS DESCARTES)

    Production, sur HAL-ENPC, classée par type


  • Les moineaux de Cergy-le-Haut

    Ce matin en me rendant à la gare de Cergy-le-Haut, j’ai remarqué que l’on m’observait depuis les grandes poutres de béton du plafond. Mais qui était-ce ?

    Le voyez-vous ? – Cergy © CACP – Matthieu Delagnes

    Je dégaine alors mon appareil photo et hop ! C’est dans la boite !

    Passer domesticus mâle – Cergy © CACP – Matthieu Delagnes

    Avec cette petite boule de plumes à la calotte grise et la cravate noire il n’y pas de doute possible, nous avons bien affaire à Passer domesticus, le moineau domestique (mâle). Ils sont présents en nombre dans la gare. Mâles et femelles pioupioutent toute la journée et on les entend un peu partout le long des quais. Ceux-ci ont l’air de particulièrement apprécier se percher sur le bords des tuyaux qui traversent les poutres. Peut-être y nichent-ils même au printemps ?

    Passer domesticus femelle à gauche et mâle à droite – Cergy © CACP – Matthieu Delagnes

    On les retrouve également à l’entrée côté gare routière sur les arbustes où ils se rassemblent en nombres, plusieurs dizaines parfois.

    Streptopelia decaocto, la tourterelle turque – Cergy © CACP – Matthieu Delagnes

    Pour les plus curieux, vous pourriez également observer d’autres genres d’oiseaux comme cette belle tourterelle turque.

    Source :

    Les guides Delachaux : Le guide ornitho par L. Svensson, K. Mullarney et D. Zetterström

    Retrouvez ici d’autres passereaux :

    Le pinson des arbres

    Le merle noir

    La bergeronnette des ruisseaux

    La mésange charbonnière


  • Trois Scopula

    Chez les Geometridae, le genre Scopula compte 28 espèces en France. J’en connais trois, les voici :

    Scopula ornata – Saint-Paul-Trois-Châteaux (26) © Gilles Carcassès

    Scopula ornata est l’une des plus belles espèces du genre. Ses chenilles consomment le thym et l’origan. On la rencontre souvent posée sur les murs.

    Scopula imitaria – Vouillé (79) © Gilles Carcassès

    De loin, Scopula imitaria a un faux air de Timandra comae. Cette espèce a pour plantes hôtes les troènes, les chèvrefeuilles et diverses plantes basses et arbustes.

    Scopula rubiginata – Vouillé (79) © Gilles Carcassès

    La belle Scopula rubiginata est typique des friches sèches. Ses chenilles apprécient les Fabaceae herbacées comme les vesces, les luzernes et les lotiers.

    Ces trois espèces volent de mai à septembre.

    Retrouvez un autre Geometridae :

    La citronnelle rouillée


  • Un plaidoyer pour la Trame noire publié dans une revue internationale

    Un plaidoyer international sur la Trame noire est paru dans Landscape and Urban Planning, piloté par PatriNat


  • 19/01/2022 : Photos : Cardinal à tête jaune, Pitajo diadème, Paruline à diadème, Pigeon roussard.
    75 nouvelles photos : Cardinal à tête jaune, Pitajo diadème, Paruline à diadème, Pigeon roussard, Cossyphe du Cap, Caille arlequin, Touraco à ventre blanc, Touraco masqué, Serin d'Abyssinie, Serin à ventre blanc, Serin strié, Pic cannelle, Courvite de Somalie, Trogon aurore, Platyrhynque à miroir, Tangara à sourcils roux, Courvite de Temminck, Grimpar enfumé, Colibri d'Équateur, Bata ...

mardi 18 janvier 2022

Traduction

Sites favoris


129 sites référencés au total

Brèves

30 mai 2014 - Sur Facebook : Lac de Créteil - 94000 - Val de Marne -...

Lac de Créteil - 94000 - Val de Marne - France

24 février 2014 - Nous contacter

Pour nous contacter, cliquez sur l’enveloppe.http://laccreteil.fr/spip.php?page=...